Coiffes et boutis à Tourrettes et en pays de Provence

Exposition pour les Journées du Patrimoine 15/16 septembre 2018

 

Les coiffes en Provence

 

Le costume est un signe d’identité culturelle en Provence. La coiffe est l’élément essentiel de tout costume populaire féminin.

Les conditions de vie de l’époque ont rendu obligatoire la protection de la chevelure (aussi bien pour les femmes que pour les hommes) de jour comme de nuit.

Nous trouvons dans notre région trois modèles très courants (la coiffe plate, à courduro, ou à gauto) qui vont se décliner dans différentes variations (textile, garniture) selon l’aisance et le rang de la famille.

Pour chaque circonstance existe une coiffe différente : coiffe de nuit, de jour (travail), paysanne, de sortie (du dimanche), de mariage, de deuil.

La dextérité, le savoir-faire de nos grands-mères nous ont laissé un patrimoine merveilleux.

C’est un enchantement pour les yeux.

 

Le boutis

 

Il s’agit d’une broderie en relief réalisée sur deux épaisseurs de tissus. Après avoir dessiné le motif, il était piqué à l’aiguille exclusivement sur les deux épaisseurs. Le relief (boursouflure) était obtenu en insérant à l’aide du boutis (aiguille, de buis, os, argent, or ou acier) des mèches de coton.

 

L’art Provençal du boutis prend sa source dans des techniques anciennes du 13ème siècle, utilisées en Sicile dite broderie en ronde bosse. La pièce la plus ancienne est sicilienne, elle date  de 1395. Elle retrace la légende de Tristan et Iseult, une partie est exposée au musée Victoria et Albert de Londres, l’autre à Florence.

C’est la découverte des Indes et l’ouverture de nouvelles voies maritime qui vont développer l’artisanat du sud de la France. A la suite de l’interdiction d’importation d’indiennes de 1685 à 1757 pour protéger les soyeux, Marseille, port franc, ne pouvait laisser passer uniquement que les tissus transformés, d’où le développement d’ateliers de boutis et de matelassage.

Cette technique a permis aux femmes Provençales de transformer une étoffe quelconque, quelquefois usagée, en objet de luxe.

Les jeunes Provençales commençaient leur couverture et jupon en boutis bien des années avant leur mariage. Dessins et symboles dépendaient de l’imagination de chacune.

 

« Le boutis, ouvrage divin, qui ressemble à un pré dont le givre broda de blanc les feuilles et les pousses ». Frédéric Mistral.

 

 

Agnès et André Carlevan

 

 

 

SOUSCRIPTION CLOCHER DE L'ÉGLISE SAINT ANDRÉ